Stéphane Milleret

 

Stéphane Milleret débute l’accordéon diatonique à l’âge de neuf ans. C’est en plein coeur du Morvan, sa région natale, qu’il fait son apprentissage musical et ses premières expériences de scène. Sa formation s’enrichit de la rencontre d’accordéonistes confirmés tels que Christophe Raillard ou Jean-Pierre Yvert. En 1990, il s’installe à Grenoble et retrouve Norbert Pignol, un ami d’enfance. Une grande complicité anime ces deux musiciens tant au niveau de la recherche que de l’interprétation, de la composition ou de la pédagogie. Ensemble, ils fondent le duo Obsession (devenu quintet). Musicien éclectique, Stéphane Milleret s’intéresse à différents styles : musique traditionnelle française, roumaine, irlandaise… Cette ouverture se retrouve dans les groupes dont il fait partie : Obsession, Djal, Duo Milleret-Pignol, Tsirba, Inishowen… Tout en gardant des liens très forts avec les musiques traditionnelles, il se tourne vers l’étude d’autres esthétiques musicales : la musique improvisée, l’harmonie jazz, l’analyse classique et l’écriture contrapuntique. La composition s’impose à lui comme une façon de mêler les différentes influences qui lui sont chères : un phrasé mélodique d’inspiration traditionnelle, une écriture polyphonique, une grande importance donnée à la forme et une place prépondérante laissée à l’improvisation. Compositeur dans les groupes Obsession et Djal, il a également écrit pour des spectacles de théâtre et de danse contemporaine. L’accordéon diatonique, instrument phare du mouvement folk des années 70, est encore aujourd’hui en pleine évolution. Stéphane contribue à donner une place nouvelle à l’accordéon diatonique dans le domaine du spectacle vivant, grâce à la rencontre de metteurs en scène (Denis Bernet-Rollande, Jacky Rocher…), de chorégraphes (Robert Seyfried, Denis Plassard,…) et de chanteuse (Catherine Faure).

 

Retour